La formation loi Alur à Bordeaux

 

La formation des agents immobiliers à Bordeaux

 

Le nouvel article 3-1 de la loi Hoguet, créé par la loi ALUR, soumet dorénavant l'ensemble des professionnels de l'immobilier installé à Bordeaux (agents immobiliers, mandataires immobiliers, chasseurs de biens, intermédiaires immobiliers...) à une obligation de formation continue dont le respect est désormais une condition à remplir pour obtenir le renouvellement de la carte professionnelle.

Le décret du 18 février 2016 détermine la nature et la durée des activités susceptibles d’être validées au titre de l’obligation de formation continue des agents immobiliers de Bordeaux, administrateurs de biens ou syndics.

 

Les professionnels de l’immobilier exerçant leur activité à Bordeaux doivent suivre une formation continue d’une durée minimale de quatorze heures par an (ou quarante-deux heures au cours de trois années consécutives d’exercice) pour obtenir le renouvellement de leur carte professionnelle d’agent immobilier. La formation continue des agents installés à Montpellier peut être exercée tous les trois ans si celle-ci équivaut à 42 heures de formations.

 

Les professionnels de l’immobilier installés à Bordeaux concernés par cette nouvelle obligation de formation continue sont, les titulaires de la carte professionnelle d’agent immobilier (ou s’il s’agit d’une personne morale, son représentant légal), les personnes qui assurent la direction d’un établissement, d’une agence, d’un bureau ou d'une succursale ainsi que les salariés et agents commerciaux employés en tant que négociateurs immobiliers, détenteurs d’une attestation d’habilitation fournie par le titulaire de la carte d’agent immobilier.

 

La formation obligatoire peut prendre la forme d’actions de formation de mise à jour et de perfectionnement des connaissances, d’adaptation ou de développement des compétences, de promotion professionnelle, de colloques organisés dans les conditions d’une action de formation, dans la limite de deux heures par an ou encore d’enseignement dans la limite de trois heures par an.

 

La formation continue en lien direct avec l’activité d’agent immobilier doit porter sur les questions juridiques, économiques, commerciales, la déontologie, les techniques concernant la construction, l’habitation, l’urbanisme, la transition énergétique.

 

Seuls les organismes de formation enregistrés ou ayant déposé une déclaration d’activité en cours d’enregistrement, ou légalement établis en Union européenne, peuvent organiser la formation continue. Ils délivrent une attestation de formation aux participants à transmettre à la chambre de commerce et de l’industrie (CCI). Dans l’objectif de simplifier la démarche de la délivrance des cartes, d’en améliorer l’efficacité et d’en assurer un suivi plus régulier, la loi ALUR a choisi de confier le pouvoir de délivrance des cartes professionnelles au président de la chambre de commerce et d’industrie territoriale (CCIT) ou de la chambre de commerce et d’industrie départementale d’Île-de-France.

 

Le marché de l'immobilier à Bordeaux

 

La forte demande de nouveaux arrivants tire les prix vers le haut pour les acheteurs à Bordeaux, sauf sur la rive droite de la Garonne. Pour les investisseurs, les petites surfaces se paient cher dans les quartiers étudiants, d'où l'intérêt d'aller prospecter du côté de la gare Saint-Jean.
 
Bien classée dans tous les palmarès des villes où il fait bon vivre et travailler, la capitale girondine bénéficie d'un important flux migratoire. Ce qui contribue à entretenir la demande et à maintenir les prix. "Nous avons même constaté une hausse des demandes de crédit sur le segment de la résidence principale", constate-t-on à l'agence bordelaise du courtier en crédits Cafpi. Dans le centre-ville, notamment, les quartiers du "triangle d'or" et du Jardin-Public sont très recherchés. "Ils renferment ce qui se fait de plus chic à Bordeaux et sont à proximité de toutes les commodités", explique Florent Delmond, chez Era Immobilier Bordeaux. Ainsi, même les grandes surfaces dépassent les 3 500 euros le mètre carré. Tel ce F4 de 110 mètres carrés au Jardin-Public vendu récemment 415 000 euros. Les biens d'exception peuvent coûter encore plus cher. Témoin, ce 120 mètres carrés dans un immeuble du XVIIIe siècle à côté de l'Opéra, vendu 7 200 euros le mètre carré. "Il est parti très vite", précise Rachid Bouabane-Schmitt, président de Coldwell Banker Bordeaux Premium.

 

Le marché de l'immobilier à Bordeaux

 

La ruée des investisseurs sur une ville devenue hypertendance affole les compteurs. " Les prix augmentent de 5 à 7 %, et ce n'est que le début car les acheteurs venus de l'extérieur sont prêts à payer plus ", prévient Jean-Marie Duffoire, de l'agence Argus Immobilier. Preuve de cet engouement, certains investisseurs veulent acheter sans connaître la ville ! Comme cette dame venue de l'est de la France, " qui voulait investir dans un 47 m2 rue des Bahutiers, à 275 000 euros, sans avoir mis les pieds à Bordeaux ", note Thibault Sudre, notaire. Près des quais, un investisseur a déboursé 7 500 euros le m2 pour un premier étage estimé à… 4 000 euros le m2. Ces phénomènes de micro-affolement, aussi liés à la pénurie de T3, T4 et T5 dans le centre, pourraient s'accentuer cet été quand Paris sera à deux heures en TGV. Dans son agence haut de gamme, Bordeaux Montaigne Immobilier, Virginie de Kerhor reçoit " trois Parisiens par semaine, contre un par mois il y a cinq ans. Dans le Triangle d'Or, le m2 vaut 7 000 euros. J'ai déjà fait une vente à 10 000 euros… Cela se reproduira", prédit-elle.

La formation des agents immobiliers par villes

Paris  -  Marseille  -  Lyon  -  Toulouse  -  Nice  -  Nantes  -  Montpellier  -  Strasbourg  -  Bordeaux  -  Lille

Rennes

- Le Havre - Toulon - Dijon